Funkenschlag

Je préfère prévenir, si vous êtes allergique aux tableurs excel et que vous fuyez les pots de départs des experts comptables de votre boite n’allez pas plus loin dans cet article. Funkenschlag c’est un jeu de Friedmann Friese, l’auteur de jeu Allemand au cheveux vert, c’est un de ces jeux avec une mécanique 100% a l’allemande, a l’ambiance feutrée où seul le glissement des cubes se fait entendre ponctué de quelques éclats de voix ou applaudissement après un coup. Bref c’est un jeu qui vous propose un sport cérébral que j’apprécie, où votre stratégie ne sera pas effondrée par un sale jet de dé mais plutôt par un coup de votre voisin qui aura su prendre les devants.

Dans Funkenschlag vous devrez acheter des centrales électrique qui fonctionnent à différentes ressources d’énergie via des enchères, puis acheter du combustible qui est en quantité limité, payer pour étendre leur réseau électrique dans les villes afin de les alimenter et finir par obtenir une somme en remerciement d’avoir éclairé vos concitoyens, qui va vous permettre d’acheter des centrales, etc etc etc. Le jeu s’arrête quand vous avez étendu votre réseau dans un certains nombre de ville (ça varie suivant le nombre de joueur) et celui qui a le plus de villes alimentée gagne la partie. On a donc un jeu d’enchère et de pose le tout sous une gestion draconienne de votre pactole, un vrai bonheur.

Le petit open the box rapide, des pions différents, un beau plateau recto verso. Le jeu de carte des centrale électriques, une aide de jeu, les règles et une carte de phase. Perso j’ai pris la version Allemande, tout simplement parce que les règles sont trouvables facilement sur le net et à part l’aide de jeu, tout à fait dispensable pour le rappel de tour, il n’y a aucun texte sur le matériel. La version Allemande propose comme carte de pays l’Allemagne et les Etats-Unis, j’en ais donc profiter pour prendre un autre plateau, la France et l’Italie (les plateaux sont recto verso). Il en reste encore beaucoup, ça plus des cartes bonus que l’on peut trouver à droite ou à gauche. La version Française, plus chère à cause de sa francisation propose comme carte la France et le Québec.

En ce qui concerne les règles, chaque joueur prend les pions de sa couleur, on en pose quelques uns sur des marqueurs de tours. on place les ressources dans les quantités demandée et on dispose 2x 4 centrales comme indiqué au départ et pareil pour la préparation de la pioche de centrale. Ce qui est important dans la disposition des centrales c’est qu’il y a une ligne qui est dispo aux enchère et une ligne de centrale future qui vont arriver aux enchères. A chaque achat de centrale on remplace celle-ci mais on remet par ordre croissant en sachant que seules les 4 premières centrales sont dispo à la vente. Résultat, il va falloir connaitre les centrale qui sont sorties pour savoir celles qui restent à venir au bout d’un moment. Parce que si une centrale qui vous intéresse se trouve en haut, pour descendre il va falloir piocher une carte avec une valeur plus élevée.

Donc on commence déjà par désigner un ordre du tour (au début aléatoire), le premier est celui qui a le plus de ville connectée et on va décroissant. Si égalité on départage avec les valeurs de centrale, celui qui à la valeur la plus haute est placée avant.

Ensuite vient la phase d’enchère, le premier joueur choisit une centrale à mettre en vente et enchéri ou non dessus. Le prix minimal est indiqué sur la carte. On peut « passer » et donc on ne reviendra plus sur cette enchère. Une fois l’enchère de la première centrale faite on en remet une aux enchères et ce jusqu’à ce que tout le monde est acheté une centrale ou passé. Cette phase est très sympa, le premier joueur peut très bien mettre en vente une centrale qui ne l’intéresse pas, mais qui semble intéresser un autre et miser au minimum pour que celui-ci mise aussi (voir faire monter le prix) et justement « éliminer » certains joueurs de la phase et voir apparaître d’autres centrales peut être plus avantageuses. Le risque est que personne ne veuille de celle-ci et vous vous retrouvez avec une centrale que vous ne vouliez pas .. mais au prix le plus bas du plancher. On a pas le droit d’avoir plus de 3 centrale en jeu simultanément. Chaque centrale indique le type de combustible qu’elle utilise et le nombre de ville qu’elle alimente. Plus la centrale est chère, plus elle alimente de ville ou propose une énergie différente.

Ensuite on achète les ressources, mais là c’est le dernier joueur qui commence à acheter, on pose un certains nombre de ressources qui varient suivant le nombre de joueurs et la phase dans laquelle on est. On peut stocker de la ressource au max deux fois ce dont on a besoin. Et là justement les ressources deviennent rare et donc chère. Stocker fait monter les prix et souvent le premier joueur à acheter ne se gène pas pour le faire, faisant dépenser plus au autres et donc réduire leur pactole. Mais attention à une bonne gestion de ses sous car trop dépenser en ressources vous retire des moyens pour les autres phases.

Ensuite on construit son réseau de ville en ville, là encore on démarre par le dernier joueur. On pose donc une ville en s’acquittant du coût qui varie suivant la phase (5 en 1, 10 en 2 et 15 en 3). Le choix de la position de sa première ville est primordiale, parce que pour poser la seconde vous devrez obligatoirement suivre le réseau et donc payer le coût qui les relient toutes les deux, le prix du réseau. Et là c’est que du bonheur parce que vous pouvez « bloquer » vos adversaires. Entourez le et il devra faire un « saut » à savoir passer au dessus de votre ville pour aller s’étendre ailleurs et donc payer 2 réseaux au lieu d’un seul, bref allez plus loin ça coûte des sous mais ça peut être une bonne solution pour éviter de futurs blocages. Là encore ça va se jouer au sous prêt, donc une gestion irréprochable de vos deniers.

Dernière phase de remise en place, on pose de nouvelles ressources, on retire une centrale et on la remplace, les joueurs reçoivent leurs sous moyennant le nombre de villes qu’ils ont alimenté en dépensant leurs ressources et on est reparti.

Bon il manque des petits points de règles supplémentaires comme le renouvellement des centrales, le passage de phase (en phase 2 quand on atteint un certain nombre de villes, en phase 3 au tirage d’une carte), le fait que quand on change de phase de nouvelle splaces dans les villes sont dispos mais l’essentiel est là.

La partie s’arrête quand on construit X villes et c’est celui qui en alimente le plus qui gagne, au pire on départage avec les sous après. Le nombre de villes dépend du nombre de joueurs. Idem à la pause de villes, toutes les zones ne seront pas utilisées.

non pas une bonne idée ça raf d’être tombé dessus 😛

Ce jeu je l’ai découvert dans ma première asso de jeu, un truc de vieux brisecard qui se réunissent depuis plus de 30 ans pour jouer, l’époque où il y avait une 20aine de jeux « moderne » par an, l’époque où on masterisait un jeu plutôt que tester et passer au suivant (je plaide coupable). Et ils n’ont pas changé leurs habitudes, résultat ils doivent tourner sur un 10aine de jeu par an et me sortent celui-ci à l’époque. Et je doit avouer n’avoir jamais autant appris en gestion et stratégie qu’avec eux. Funkenschlag fait partie de ces découverte que j’ai su apprécier en la masterisant (comme Sankt Petersburg) et si au début j’ai pu me prendre des tôlées monumentales j’ai fini par gagner de temps en temps et là ça relevait de l’exploit au point de se lever et faire un tour d’honneur (bref) autour de la table (ben oui c’est pas un terrain de tennis ^^).  Ce jeu reste l’un des rare où je peux annoncer fièrement une bonne 30aine de parties, un record actuellement. Avec ce jeu j’ai vu aussi des coups formidables, des trucs qui s’applaudissent, des coups d’enf… a se pisser dessus de rire de voir les réactions qui suivent.

Vous l’aurez compris, ce jeu est un coup de coeur pour moi, j’avais retardé son achat depuis longtemps par manque de joueur à l’époque mais comme il fait encore partie de ces must have dans une ludothèque si on aime le calculatoire, j’ai fini par craquer.

Publicités

5 réflexions sur “ Funkenschlag ”

  1. J’avais déjà lu de très bonnes critiques dessus et me voici convaincu pour des parties « brainstorm ».
    Je l’ai vu en VF sur 2 sites et il est vendu 40€. Les cartes tournent à environ 15€.
    Visiblement, on peut faire mieux d’aprés ce que tu annonces.

  2. Bien vendu ! Merci pour cet article qui fait parler le cœur et me rappel que masteuriser un jeu (ou en tout cas y jouer plus qu’une fois c’est quand même ce vers quoi il faut tendre). Pour toutes choses de nos jours, il semble clair qu’il faut se recentrer, ne pas céder à l’appel de la news, du tweet, du buzz, mais plutôt se libérer du temps, pour les choses importantes. Devenir un Maitre à Funkenschlag. Et pourquoi pas ^^ !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s