Lewis & Clark

Ce jeu avant tout c’est une belle histoire, parce que avant d’être un jeu c’est une idée qui vient d’un auteur, mais là c’est aussi un coup de chance d’édition. Si vous souhaitez en savoir plus sur le détail de l’édition je vous invite à lire le billet de Cédrick Chaboussit sur TT. Pourquoi je vous dit ça me direz vous, tout simplement parce que d’une l’auteur est de la région, il réside vers Niort et de deux à l’occasion de sa sortie, les Tables d’Olonnes l’avaient invité pour un multitable, comprenez qu’on se fait une soirée monomaniaque sur un seul jeu et Cédrick Chaboussit a répondu présent avec quelques membres de son asso Niortaise. Et ce n’est pas moins de 8 tables à 4 joueurs qui seront présentent ce soir là, avec vidéo projecteur, caméra et micro.

Et c’est donc lors de cette soirée que l’on a pu rencontrer Cédrick Chaboussit, un petite présentation, le monsieur est vraiment sympathique et très timide!! Et après l’explication de comment le jeu à pu finir entre nos mains nous voilà pour parti pour une ouverture de boite en coeur prêtées par l’auteur et l’éditeur afin d’être sur d’en avoir assez. Jérémie du comptoir de la BD avait pour l’occasion réussi à obtenir des boites juste à temps .. qui se sont vendues dans la foulée, vu qu’il manquait des boites éditeurs j’ai fini par ouvrir mon précieux pour jouer avec mes camarades des préfous venus pour l’occasion.

On a eut le droit à une présentation du jeu par l’auteur himself et explipartie avec astuces. Et quand je vous dit que c’est une belle histoire c’est que si Cédrick à suivi le parcours habituel de l’auteur qui cours les salons avec son proto sous le bras, il a eut un petit coup de pouce du destin. Après avoir filé un coup de main, Les ludonautes décident de le remercier en jouant à son proto, de leur aveux, bien plus tard, ils n’auraient jamais joué à celui-ci en l’état (comme quoi messieurs les auteurs, même avec une belle mécanique il faut taffer un minimum le graphisme et le thème … quitte à tout refaire par la suite :D). L’explication prendra un bon 45 min avec un caméraman quelque peu approximatif (meuuh non Vincent c’était très bien :P) et un Julien bavard ^^ .

Alors justement pour l’explication vous avez le choix, soit vous vous tapez le bouquin de règle (bon ça reste toujours plaisant à lire le soir au coin du feu et de plus il est clair et explicite), soit vous avez la vidéo sur TT et oh bonheur de bonne qualité puisque l’éditeur à payé pour offrir la hd à tout le monde. Mais en résumé ça donne quoi?? Et bien il suffit de lire la suite 😀

La mise en place se fait assez rapidement, on pose le plateau et les ressources à différents endroits, les 4 ressources de base (matériaux, bison, bois, fourrure) et les deux ressources « riches » (canoé et petit poney … private joke :P). A savoir qu’une planche de sticker à coller sur les ressources existe et devraient être disponible dans la section goodies de TT (qui traine à ouvrir et par la même occasion recule ma participation monétaire). Chaque joueur prend son deck de 6 cartes de départ, sa carte d’aide de jeu, son plateau personnel qu’il pose devant lui et son éclaireur ainsi que son campement sur la ligne de départ. « Comment ça la ligne de départ??!! » Et oui Lewis & Clark n’est pas un jeu d’enfoiré à plomber son voisin ni un truc d’optimisation à outrance en 2 tours, non, c’est une courses aux PV où il faudra trouver le bon rythme avec ses voisins tout en deckbuildant son paquet de carte de départ et optimisant ses actions . Tantôt il faudra avancer sur l’eau, tantôt en montagne et on recommence et ce jusqu’à dépasser les 50 PV.

Franchement à l’explication du jeu c’est quand même assez touffu et obscur sauf qu’une fois le premier tour fini et bien c’est super clair et limpide. Donc ne soyez pas effrayé par ce qui suit ou ce que vous pouvez voir et lire, le jeu en vaux vraiment le détour.

Donc on démarre avec 6 cartes, 4 cartes permettent de récupérer des ressources, une autre de récupérer des indiens sur le plateau principal et la dernière pour avancer sur la piste de « score » moyennant des ressources. Mais voilà, il y a déjà plein d’autres information sur ces cartes en fait :
-le niveau de la carte 1, 2 ou 3 qui permet de déterminer un prix d’achat mais aussi le nombre d’indien (et donc d’action) suivant comment on l’utilise.
-peut fournir des ressources via un logo.
-Et bien sur l’action propre à la carte.

Pour jouer une carte 3 façons de faire :
-on pose la carte face action (recto) et on pose 1 à 3 meeple indiens, chaque indien permet  de faire une fois l’action, ainsi poser 3 indiens permet de répéter 3 fois l’action. Sur certaines carte il y a un « slash » qui veux dire « ou » vous pouvez ainsi faire les différentes actions si vous posez autant d’indiens., bien pratique parce que ça évite de choisir.
-On pose une carte face verso et de là apparaît un nombre d’indien imprimé sur la carte (qui correspond au niveau de la carte) puis on pose une carte action (recto) et on peux faire autant de fois l’action qu’il y a d’indien présent sur la carte face verso.
-Un mix des deux, par exemple je pose une carte de niveau 1 face cachée qui fait apparaître 1 indien et pose une autre carte face action, à ce moment je peux résoudre une seule fois l’action de la carte (puisqu’un seul indien imprimé sur la carte verso), mais je peux aussi rajouter des meeple indien sur celle-ci pour augmenter la valeur de la carte et ainsi faire plusieurs fois l’action.

Au fur et à mesure chaque joueur va se retrouver avec ses cartes posées devant lui et là clairement il va falloir observer vos voisins parce que les cartes pour récupérer des ressources dépendent des cartes posées devant vous et celles de vos voisins. Vous vous rappelez 7 wonders et sa méthode de récupération des ressources et bien idem. Là je pose ma carte et les indiens et je compte les fameux logos de couleur des ressources présent sur mes cartes et les cartes de mes voisins directs et j’obtient autant de ressources (oui bon c’est un peu obcurs dit comme ça ^^).

Le plateau central individuel est composé de pleins de petites actions de base qui sont accessible en posant un ou plusieurs indiens dessus, vous pourrez ainsi récupérer là aussi des ressources (clairement l’action du « pauvre »), en modifier (transformer des ressources de base en canoé ou poney), acheter des tuiles pour augmenter votre « convoi », ou permettre de modifier votre deck. Dernière chose c’est là aussi que l’on peut acheter des cartes, 5 cartes sont toujours visibles comme pour les aventurier du rail, plus la carte est récente (proche du paquet) plus elle coûte en fourrure (de 1 à 5) et à cela se rajoute en marchandise la valeur de la carte. Ainsi une carte en 4eme position de niveau 2 coûte 4 fourrures et 2 marchandise, alors qu’une carte de niveau 3 en 1ere position coûte 1 fourrure et 3 marchandises.

Encore deux ou trois petits trucs et ça sera bon. Je vous avait parlé d’un plateau individuel, dans le fluff il représente le « convoi » et  permet de stocker vos ressources et indiens, ainsi vous ne pourrez pas dépasser les emplacements de ressources disponibles sur votre plateau, pour les indiens par contre vous pouvez en avoir autant que vous voulez. Mais attention à la dernière phase de ne pas en avoir trop (j’y reviendrais). Une action du plateau principal permet d’étendre votre « convoi », soit en augmentant vos ressources soit en rajoutant un bateau pouvant accueillir des indiens. Chaque tuile à deux faces, une avec peu d’emplacement mais gratuit niveau temps soit avec plus de place mais « payant » en temps. A quoi cela me sert et bien justement on va arriver au coeur du problème, la dernière « phase », l’établissement du campement.

A n’importe quel moment pendant votre tour vous pouvez établir votre campement, ceci n’est pas une action (tout comme acheter une carte) et vous n’êtes pas obligé d’attendre que votre main soit vide de carte pour le faire. En fait la pose des indiens, des cartes et les actions du plateau central permet de récupérer des ressources, de les transformer et en définitive de les utiliser pour faire avancer votre éclaireur. Sauf qu’à un moment vous allez être bloqué, plus de cartes en main et/ou plus d’indien pour l’activer et là vous êtes OBLIGE d’établir votre campement. Alors c’est simple, tous les indiens sur les cartes reviennent sur votre plateau individuel et on compte les soleils (que j’aurais passé ma soirée à appeler « clic temps » .. merci Netrunner ^^). Et je vous avait parlé des emplacement gratuit et payant, c’est là qu’ils prennent toute leur signification !! Pour chaque carte encore en main cela coûte un soleil, suivant combien vous avez de ressources ça va vous coûter aussi et idem pour les indiens. Une fois le total établi vous RECULEZ d’autant votre éclaireur. Et c’est là toute la finesse du calcul et du jeu à l’allemande, parce que vous avez beau avoir pu avancer comme un fou votre éclaireur si vous avez mal géré votre stock de ressources, d’indien et de cartes vos efforts peuvent être réduit à néant.

A coté de ça le jeu est superbe, aussi bien au niveau de la qualité des matériaux que le graphisme, bref les ludonautes nous gratifient d’une très belle édition. Au niveau du thème et bien, je doit dire que je suis bluffé parce qu’il s’inscrit parfaitement dans le jeu et perso ça donne envie d’en savoir plus sur ces deux personnages, inconnus en France mais adulé aux USA (et hop un petit tour sur wikipedia :p)

Il existe une variante solo (pas encore essayée), l’auteur à vraiment insisté pour l’inclure dans le jeu et je trouve ça sympa ce genre de petits challenge. Et aussi des petits pions qui permettent de modifier le parcours de jeu à savoir rajouter des montagnes, de la rivière, bref de quoi créer ses variantes et de se compliquer la vie.

Pour conclure ce jeu reste pour moi une belle claque ludique comme je n’en ais pas eut depuis un moment sur ce style de jeu et il est en passe de venir dans mon top X des jeux et ce sans parler de l’effet de nouveautés, vous savez cet article que je doit vous pondre depuis des semaines mais que j’arrive pas à finir parce que choisir parmi une ludothèque de 400 jeux ça se fait pas en une nuit et bien techniquement je crois avoir eut raison d’attendre parce que celui là sera dedans aux cotés de endeavor, funkenschlag, peloponnes, sankt petersburg, etc  …

Alors pourquoi!! Tout simplement parce que j’adore et j’adhère à ce genre de jeu. On a là un jeu où on n’a pas besoin d’écraser et de faire chier ses adversaires pour gagner (typiquement les jeux de Uwe), on n’a pas besoin d’une boite d’aspirine pour optimiser ses coups (là je fait référence à Feld) … un jour je vous expliquerait pourquoi je n’apprécie pas/plus ce genre de jeu … prenez place dans le canapé .. ça remonte à la petite enfance  :D. Trêve de plaisanterie dans Lewis et Clark on doit se faire son deck tranquille (mais pas trop non plus faudrait pas se faire piquer une bonne carte sous le nez), jouer en rythme avec ses voisins pour récupérer ses ressources et si l’action du plateau principal a été prise normalement vous pourrez pallier au problème via vos cartes. Il faut aussi et quand même bien calculer vos actions pour optimiser vos emplacements et les coups futurs, anticiper les mouvements des autres, gérer sa quantité de carte, etc etc etc. Et le finish, parce que oui ce jeu est une course et clairement les 2 parties que j’ai faite se termine dans le stress pas possible de voir vos adversaires vous coller et sortir la combo qui finira le jeu. Ca calcule de partout, ça trépigne, ça cherche l’optimisation et hop on passe le drapeau, ça crie, ça jure, ça cherche des excuses, ça dit « je finissait dans le tour tu as eut de la chance » :D, Vraiment une très bonne expérience ludique … merci monsieur Cédrick pour ce jeu !!

Pakale arrête de geeker 😀

Non vraiment courrez l’acheter et vite parce que le jeu est rupture fournisseur, sa réédition ne sera pas en boutique avant fin février / mars et il serais dommage de se priver de ce jeu lors de ses soirées d’hivers et ce aussi bien avec vos gros joueurs qu’avec les occasionnels.

@+

Publicités

3 réflexions sur “ Lewis & Clark ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s