Par Alias

Voici donc la suite de mon sujet « peinture » concernant le contenu de la boîte Hellboy edition KS. Si vous avez raté le premier, il est juste ici. Jusqu’ici, je me suis concentré sur les figurines permettant de jouer les premières missions (soit celles présentes dans la boîte en édition classique) ainsi que sur divers éléments de « confort de jeu » qui sont des bonus KS.

Une boîte « classique » contient 4 héros, 18 mutants crapauds et trois Boss : le Crapaud Géant, les Tentacules de Sadu-Hem et enfin Rasputin. A ce jour, il ne me reste que Rasputin à terminer, le reste a été peint en une semaine. Durant la seconde semaine, je me suis concentré sur les bonus KS qui remplacent certains pions cartonnés du jeu, à savoir : 4 bustes des Héros, les compteurs d’Enquête et de Désastre, des pions indices et les jetons d’indices. Le tout en mode voleur de poules, pour donner une vague illusion d’avoir travaillé mes figurines alors que j’ai fait çà à l’arrache comme un sagouin.

Un peu de douceur avant un déluge de violence

Attaquons donc les questions peinture avec un premier crapaud. Enfin quatre crapauds en fait car la technique est la même sur tous mes crapauds. Pour rappel, je pioche dans les gammes de peinture Citadel (GW), Model Color (MC) et Game Color (GC). Comme (presque) toujours chez moi, sous-couche blanche GW avant de commencer.

Le mutant au bâton, rapidement surnommé crapaud-crochet

Pour la peau : couche de base tartinée en mode barbare d’Olive Green (MC) légèrement plus dilué que d’ordinaire (mais légèrement hein, abusez pas). Une fois cette couche sèche, barbouillage avec de l’Athonian Camoshade (GW) sans subtilité, juste recouvrir toutes les zones de peau. Attention, c’est là que çà se complique avec une technique de voleur de poules niveau 4, restez bien concentrés.

Le mutant cracheur (il attaque à distance)

Vous allez maintenant utiliser la technique secrète du BDA. Ha, vous ne connaissez pas ? Normal, elle ne se transmet que de voleur de poules en voleur de poules. Bon allez, je fais une exception. Le BDA ou Brossage Dilué Aléatoire. Ca claque, non ?

En vrai, je viens d’inventer le nom, c’est n’importe quoi. L’idée est d’obtenir des variations aléatoires de peau de grenouille en 20s (vraiment, pas plus). Je prend un vieux pinceau de brossage à sec (on a le B), je dilue assez généreusement un vert un peu plus foncé que la couleur actuelle de la figurine (qui est donc vert de base + shade). Ici j’ai pris du Extra dark Green (MC). Donc je dilue bien (on a le D) et je passe sur des zones aléatoires de peau de la figurine (on a le A). Et je passe sans « brosser » (avec une peinture fortement diluée, çà serait impossible de toutes façons) sur 50 à 60% des zones concernées. Ca donne des variations de vert qui évitent un effet trop uniforme. Je termine avec passage d’Agrax Eartshade pour fondre le tout et apporter encore plus de contraste. Voilà, 80 à 90% de ma figurine de crapaud est peinte, çà m’a pris tout au plus 3 minutes / figurine pinceau en main. Je travaillais sur les héros pendant les temps de séchage des encres ou je m’organisais pour encrer en fin de séance de peinture histoire que çà soit sec le lendemain.

Clair et assumé

On passe ensuite aux lambeaux de vêtements. Un aplat de Flat Earth (MC, mon brun moyen préféré, il me sert à tout celui-là) et quelques traits de Stone Grey (MC) pour éclaircir les arêtes. Non, même pas d’encre sur ce coup là, pas besoin.

Le mutant en pleine transformation crapaud-humain. Dit aussi « le mutant en pyjama »

Le reste est tout aussi rapide. Les griffes et dents ont droit quelques traits rapidement exécutés de Buff (MC) et les yeux peint en Noir (GW ou autre, du noir quoi). La langue du mutant cracheur est peinte en Pink Horror (GW) suivi d’un mini-BDA (pareil que le BDA mais avec un petit pinceau ordinaire) en Blood for the Blood God (GW).

Kermit pas content !

Reste le pantalon des mutants en pyjama. Aplat de Dark Blue (MC), suivi d’un passage en Nuln Oil (GW) et enfin quelques traits d’éclaircissements en Deep Sky Blue (MC). Socles noirs, vernis, terminé, hé oui mémé.

20 mutants en 3 soirées peintures avec les Héros qui avancent à côté, le rendement est correct.

Passons donc aux Boss. Pour le Crapaud Géant, ben c’est tout pareil que pour ses copains. Sauf la langue, histoire de lui laisser une particularité (en plus une langue pareille, çà mérite bien un peut d’attention). Donc Genestealer Purple (GW), encre Druchi VBiolet (GW) et quelques éclaircissements d’un mélange Genestealer Purple et Pink Horror (GW).

Le Crapaud Géant aka « Mister Cuni »

Second Boss, les Tentacules, le boss qui rit quand on… erm. Pardon. Nighthaunt Bloom (GW technical), encre Nuln oil. Reste les planches de bois en Flat Earth (MC), encre Nuln Oil et éclaircissements Zamesi Desrt (GW).

On passe aux petits trucs de confort, rien de spécial donc je ne détaille pas l’affaire. Juste vous dire que j’ai mis les « indices » sur des socles parce que ce sont de toutes petites pièces qui autrement se seraient perdues après quelques parties. Les deux compteurs servent pour les indices et la progression des Désastres.

Et c’est à la photo que je me rend compte que j’ai oublié les éclaircissements sur celui-là, oubli que j’ai réparé depuis.

Enfin, je termine avec les bustes. Les teintes sont exactement les mêmes que sur les Héros (cfr premier article Hellboy). Mais là, clairement, j’étais moins à l’aise. Je ne peint jamais ce genre de trucs et si je suis plutôt bien rôdé aux figurines de 6 à 35mm, je manque totalement d’entrainement sur les échelles au-delà. Donc sur ces bustes (par ailleurs très sympas), j’ai fait au mieux en gardant en tête que ce sont de simples compteurs de jeu que l’on place sur un plateau annexe (donc pas sur la zone de jeu où sont les figurines) et qui servent uniquement à définir qui les mobs vont attaquer. Rien à voir avec des modèles d’expo donc dans ma logique de peinture. Mais la gravure est vraiment chouette et un Martin Grandbarbe ou un Rémy Tremblay pourraient clairement en faire de très beaux modèles d’expo.

La plus réussie du lot niveau peinture selon moi. Elle a une tête qui fait peur mais c’est raccord avec l’univers.

Et voici donc (enfin dirons certains) la fin de ce second article consacré à Hellboy. J’ai entamé doucement la suite avec de vilains petits nazis que j’espère vous présenter d’ici une dizaine de jours. N’hésitez pas à faire vos retours dans les commentaires si vous voulez plus d’articles peinture ou davantage de précisions. Par exemple, un « pas à pas spécial voleur de poules » serait-il intéressant sur d’autres figurines ? A vous de me le dire.

Mangez des carottes !