In Her Majesty’s Name ou IHMN pour les intimes est à mon goût l’un des meilleurs jeux d’escarmouche.  La règle est fluide, simple sans être simpliste, demande peu de figurines et permet de créer de toutes pièces sa bande sans être restreint à des listes prédéterminées.  Bref, que du bon.  Oui, j’ai tué le suspens de cette review , mais je m’en fous. Il s’agit d’un jeu Osprey peu onéreux et permettant de recycler pas mal de figurines diverses.

IHMN prend place dans une uchronie de la fin du XIXème siècle voir au début du XXème.  On est donc à l’époque des guerres Zulu, de Jules Verne ou Sherlock Holmes et des prémices de la guerre industrielle.  Globalement, on peut qualifier l’univers de steam-punk léger mâtiné de sorcellerie.  Cet univers permet évidemment toutes les folies quand à la composition de sa bande : fusiliers britanniques, scientifiques teutons, cowboys pur jus, sectes arabes, triades chinoises, bande d’aventuriers, sauvages africains, tous les délires ou presque sont permis.

Concernant la règle, IHMN introduit un mécanisme original de « pluck », que l’on pourrait traduire par « cran » ou « courage ».  Lors d’une partie, les figurines sont souvent amenées à tester leur pluck pour réussir des actions ou survivre à un tir ennemi.  Il s’agit d’un simple score de type 5+, le but étant de faire un jet égal ou supérieur sur 1d10.  Bien entendu, les attaques les plus puissantes peuvent imposer des malus au test.  En dehors du pluck, les figurines disposent de profils assez classiques : mouvement, capacité de combat (FV), capacité de tir (SV), armure et compétences (magie, tireur d’élite, fanatique, ce genre de choses).  Le système d’activation est lui aussi très classique avec une activation alternée devenue la norme dans bon nombre de jeux modernes.  Le livre propose en outre plusieurs scénarios permettant d’éviter la poutre pure.  Bref, un système de jeu qui s’explique en moins de quinze minutes et qui garanti des parties fluides sans devoir se référer aux règles toutes les deux minutes.

Le gros avantage de la règle, à mon sens, est de proposer un système complet de création de personnages.  Il est donc permis de composer de A à Z sa bande en définissant les capacités et compétences de chaque membre du groupe.  Cette liberté totale permet ainsi de créer de toutes pièces une bande en se basant sur l’équipement réel des figurines et en créant un historique qui colle à chaque figurine.  Cela vous laisse aussi la liberté de piocher dans toutes les gammes de figurines.  Vous trouverez une illustration des possibilités offertes au travers de la présentation de ma première bande ci-dessous « Nemo et le Nautilus ». Une seconde bande sera proposée dans un autre article.

Non Marcel, pas ce Némo là. T’es con Marcel parfois…

Le jeu est disponible (en anglais) au format papier couverture souple ainsi qu’en pdf.  Via des sites comme Book Depository, le format papier tourne autour de 12€, parfois moins. Le site Comitatus a proposé un temps à la vente une VO accompagnée d’un petit livret présentant une traduction française mais il semble ne plus être disponible actuellement. Au besoin n’hésitez pas à me la demander, elle traîne quelque part sur mon disque dur. Et comme cette VF est « incomplète » (les coûts des équipement et options n’y sont pas), vous devrez quand même vous fournir la VO pour l’utiliser, ce qui évite les soucis de piratage.

La première extension se nomme Heroes, Villains and Fiends (HVAF) et permet d’agrandir l’univers du jeu en investissant les zones USA, Europe et Afrique.  On y trouve une bonne dose de background, des scénarios et de nombreuses bandes inspirées des continents abordés.  Le livre offre aussi quelques ajouts aux règles avec de nouveaux équipements, quelques nouveaux talents et un bestiaire enrichit.  C’est une petite extension sympathique, surtout si vous envisagez de monter une bande africaine ou américaine.

Cette extension est en vente pour un tarif similaire au livre de base.  Ce qui est logique puisqu’elle compte presque autant de pages.

Sleeping Dragon, Rising Sun (SDRS) est donc très logiquement la seconde extension pour IHMN et aborde cette fois les mystères de l’Asie.  De l’Inde au Japon, de nombreuses bandes sont proposées et peuvent donner de belles idées pour créer sa propre bande (des Sikhs, des Samouraïs, etc).  Comme la première extension, SDRS apporte son lot de nouveau matériel, talents et pouvoirs mystiques.  Comme HVAF, cette extension n’est en rien indispensable mais rend le jeu plus riche.

Cette extension est elle aussi en vente pour un tarif similaire au livre de base.

En conclusion, IHMN est un excellent jeu d’escarmouche et ne demande qu’un investissement minime puisque l’on trouve chez Northstar Miniatures des boîtes proposant des bandes complètes pour 35€ environ.  Monter votre propre bande en piochant les figurines individuellement vous coûtera peut-être un peu plus cher mais ma bande Némo m’a coûté moins de 30€ et ma seconde bande encore moins (20€ environ). Si vous avez un peu de stock de figurines historiques, pulp ou steampunk, vous pourrez même sans doute monter une liste avec ce que vous avez en stock.

Y’a même moyen de faire une team « L’Elite française » si on a les bonnes figurines…

Lorsqu’il m’a été proposé de jouer à IHMN, la question s’est posée de choisir une bande. Il existe bien sûr des bandes toutes faites chez Northstar Miniatures mais je n’avais pas vraiment envie d’avoir une troupe standard.  Il me fallait donc trouver une idée et les figurines pour la concrétiser. Coup de bol, le salon CRISIS (Anvers) se tenait deux semaines plus tard et comme on y trouve à peu près toutes les marques de figurines, c’était l’occasion de composer une bande originale.

L’idée est venue assez rapidement en explorant les sites des divers producteurs de fig présent à CRISIS.  En fait, une unique figurine a décidé du thème de ma bande car j’ai adoré dés le premier regard la figurine du capitaine Némo proposée par Ironclad Miniatures.

Le reste de la bande a tout naturellement été construit autour de ce personnage.  Coup de chance, Ironclad propose également des marins britanniques très steampunk qui font de parfaits matelots pour le Nautilus.  Certains portent des fusils, d’autre un pistolet et un sabre, juste ce qu’il me fallait.

Voici donc Némo et le Nautilus pour IHMN.  Toutes les figurines viennent de chez Ironclad à l’exception du sergent Stone qui vient de la gamme Zulu de Redoubt Miniatures.  L’ensemble de la bande de Némo telle que présentée sur page coûte actuellement 18£ soit autour de 20€ pour 10 figurines.

Les socles ont été travaillés pour avoir un look « Île mystérieuse », un autre roman où Némo fait une apparition.

  • Capitaine Némo – 56 pts
  • Pluck 2+ / FV +3 / SV +2 / Speed +2 / Armor 10
  • Sabre, Pistolet, Leader +2, Duellist, Inspirational

Némo est un leader né et dirige son équipage avec assurance.  Bien qu’il ne soit pas destiné au combat a distance, il peut toujours placer un coup de pistolet en passant.  Mais c’est réellement au corps à corps que Némo excelle et lorsqu’il engage un duel avec un adversaire, il se retrouve avec un bonus de combat de +7 (3 de base, 2 pour le sabre, 2 pour le talent Duellist).  De quoi vaincre pratiquement n’importe quel adversaire en duel.  Il est également très difficile à neutraliser grâce à son Pluck 2+, même si son armure reste légère.  Enfin, son talent Inspirational octroie un bonus de +1 au Pluck des troupes à 12″, ce qui est inestimable pour les matelots plus fragiles.  Ils savent tous que tant que Némo sera à leurs côtés, ils seront victorieux.

  • Sergent Stone – 36 pts
  • Pluck 4+ / FV +3 / SV +3 / Speed 0 / Armor 9
  • Military rifle, Bayonet, Leader +1, Tough

Le sergent Stone était autrefois membre de l’armée britannique.  Après le naufrage de son navire de transport, il fut recueilli, à moitié mort, par le Nautilus.  Rapidement, Stone s’est avéré un allié fidèle et un excellent bras droit pour Némo.  Il fait office de leader secondaire au sein de la bande et dirige le feu des matelots.  Avec de bonnes valeurs en tir comme en mêlée, le sergent n’a pas vraiment de point faible et malheur à celui qui tentera de lui faire mordre la poussière.  Son Pluck est correct pour un personnage secondaire (surtout à proximité de Némo) et il possède en prime le talent Tough qui améliore son Pluck en combat.  Son Pluck de combat descend carrément à 2+ lorsqu’il combat à proximité de son capitaine, ce qui le rend très résistant malgré sa faible armure.

  • Docteur March – 18 pts
  • Pluck 4+ / FV +1 / SV +2 / Speed 0 / Armor 8
  • Pistolet, club, Medic

Après la mort de ses quatre filles (respectivement de la syphilis, du choléra, de la grippe espagnole et de la variole), le docteur March tenta de se suicider en sautant du navire qui l’emmenait en Europe.  Sauvé des eaux par Némo, le vieux médecin dépressif soigne désormais l’équipage du Nautilus.  March est tout sauf un combattant.  Bien qu’il puisse occasionnellement se servir de son pistolet, il est avant tout présent pour soigner les blessés grâce à son compétence Medic.

  • Les Boscos – 24 pts chacun
  • Pluck 4+ / FV +2 / SV +2 / Speed 0 / Armor 11
  • Sabre, Pistolet

Les deux Boscos du Nautilus maintiennent la discipline à bord du Nautilus et encadre les matelots lors des combats à terre.  En termes de jeu, ils sont équipés pour le corps à corps et soutiennent les matelots qui se retrouveraient en position de faiblesse s’ils étaient engagés en mêlée sans le soutien des Boscos.  Leur armure de 11 leur assure par ailleurs de bonnes chances de survie.

  • Les Matelots – 23 pts chacun
  • Pluck 5+ / FV +1 / SV +2 / Speed 0 / Armor 11
  • Military Rifle
Deux modèles de marins parmi les 8 existants

Les matelots anonymes du Nautilus qui apportent leur puissance de feu au combat.  Bien qu’ils soient très fragiles en mêlée, les quatre matelots qui accompagnent Némo à terre disposent de fusils militaires et en font un usage décent.  Comme pour les Boscos, leur armure leur permet généralement de survivre aux combats.

Mangez des carottes !