Un petit article nostalgique pour cette fois-ci, un truc que les vieux cons ont dans leur bibliothèque et puis par hasard vous retombez dessus. Pour l’histoire mes schtroumpfs piochent dans ma bédéthèque allègrement et après avoir lu tout Lanfeust ils tombent sur les hors séries. Et il faut savoir que dans le lot il y a tout simplement le jeu de rôle sorti en 2005. Oui ça ne nous rajeunit pas ^^

Alors si on parcourt un peu les forums et autre le jeu a ses adeptes et ses détracteurs. Déjà au niveau de la mécanique on est sur du D20, basé sur un système à la DD3 trèèèèèès simplifié, trop diront certains. Cependant, il a une particularité assez drôle, le concept des Krâsses et des Koudpütts.
Les Krâsses représentent l’intervention du destin dans la vie des héros. Grosso modo le MJ peut lancer des D6, des Dés de Krasse dont seul le 6 compte, pour invoquer ce genre de destin. Mais les dés seront ensuite donnés aux héros qui pourront les utiliser à leur tour pour renforcer une action eux même faire une Krasse pour en annuler une autre.

Les Koudpütts sont une sorte de « joker », cependant ils ne peuvent être utilisés qu’une seule fois par partie par chaque joueur. Avec ça vous pouvez faire échouer automatiquement une action entreprise par un personnage. Le MJ peut quand même s’y opposer, mais en contre-partie il donnera des Dés de Krasses aux joueurs.

On trouve aussi d’autres options pour mettre de l’ambiance autour de la table comme les pantomimes qui sont des gestes et/ou expressions que les joueurs devront effectuer lors de leurs actions (intimider en grognant, mimer un combat, etc, bref un peu de théâtre que diable !!!). Pas de panique, un tableau est là pour aider les joueurs. Autre option, le bluff autorise les joueurs à mentir sur le résultat d’un jet de dé … les joueurs de Munchkin vont se régaler 😀 Par contre si le joueur est repéré, les joueurs perdent la moitié de leurs krâsses disponibles. Ça reste optionnel, surtout qu’actuellement en visio tricher sur un résultat de dés ça devient assez difficile 😀 (oui il y a des traces ^^).

Le livre à quand même l’avantage d’être facile a lire et est aéré. Le tout est agrémenté par des superbes illustrations, assez drôle parfois. La cerise sur le gâteau est qu’un scénario de départ est utilisé pour apprendre à jouer et permet d’incarner Lanfeust, Cixi, C’ian, Hébus et Nicolède (les feuillessont dispo en annexes). Intitulé « l’album perdu » il fait une vingtaine de page et saura vous occuper une soirée (ou deux pour ceux qui trainent ^^). Pas de panique, une fois les mécaniques intégrées, vous allez pouvoir créer vous-même votre héro dans cet univers et partir à l’aventure. La suite de l’ouvrage est là pour compléter les règles comme les combats, la magie, expliquer les lieux. Bref le bouquin fait quand même prêt de 280 pages découpé en 7 chapitres :
-scénario d’introduction
-création de personnage
-règles du jeu
-la Magie
-« Conterie » (comment bien débuter le jdr)
-Géographie et Faune de Lanfeust
-2 scénarios
-annexes pour transposer le jeu et les feuilles vierge et de persos prétirés.

Alors le jeu est quand même bien sympathique pour qui veut s’amuser dans l’univers de Lanfeust. C’est très léger et est clairement destiné aux novices ou aux vieux cons qui veulent se faire une soirée jdr peinard. Alors oui on peut pointer plein de défauts si on pousse le jeu dans ses retranchements, mais j’ai envie de dire TGCM et clairement il ne faut pas y jouer « sérieusement », comprendre que ça va être pour se détendre et des soirées de franche rigolade. Une fois que vous êtes dans cet objectif, ça va être du bonheur (les optimisateurs compulsifs passez votre chemin vous allez être frustrés !!)

Le livre manque clairement de complément sur l’univers, mais à ce moment là je vous conseille 4 autres hors séries pour justement compléter vos connaissances sur le monde de Lanfeust.

Le premier tome est plus sur le monde général de Troy avec ses us et coutumes, sa population, etc etc . Le second volume est clairement pour les trolls. Le troisième pour le bestiaire et on termine par la carte illustrée.
Je préviens de suite ces tomes ne sont pas du tout essentiels pour jouer au jdr, ils n’ont d’ailleurs aucune stats à l’intérieur, mais permettent d’accroître sa connaissance sur l’univers, ce qui est parfait pour le MJ. On peut quand même glaner ça et là des sorts supplémentaire ou des divinités sympatoche, mais c’est vraiment pour gagner en immersion.

Le dernier supplément, c’est la cartographie illustrée du monde de Troy, là encore pas du tout essentielle, elle contient cependant deux cartes géantes forts sympathiques et qui vous permettront de briller en société. Car on ne s’y trompe pas, le but est d’étaler sa collection de vieillerie et de prouver que vous êtes de toute façon un vieux c** de joueur 😀

Je sais qu’il existe un autre hors série, le codex de Troy, mais celui-ci n’amène que peu d’information et est souvent une repompe des premiers HS, bref là aussi dispensable … encore plus dispensable vu que je ne l’ai pas 😛

Je termine par l’écran, fourni avec une aventure pour des héros de niveau 1 à 3. Clairement, entre l’écran qui n’est qu’un regroupement d’image et pas une illustration spéciale, les infos au dos vraiment pas complètes et une histoire pas des plus passionnantes, si vous le trouvez allez-y, mais ne mettez pas une grosse somme dedans.

Et pour vous aider, voilà un site qui regroupe bon nombre de documents comme des personnages pré-tirés, des feuilles vierge, des aides de jeu en tout genre et surtout une vingtaine de scénarios qui vous permettront de prolonger votre expérience si vous l’avez appréciée.

Je termine par le fait qu’en fouillant un peu sur le net on trouve des pdf de celui-ci au pire, voilà de quoi passer une bonne soirée et s’amuser dans le monde de Troy et (re)découvrir ce jdr qui reste fun et ne se prend pas au sérieux. Garder bien ça en tête et vous passerez un super moment !!

Bon jeu à tous !

RAF Park